Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 20:58

Une expo qui s'est tenue au Centre Pompidou, du 24 juin au 28 septembre 2015

L'expo Mona Hatoum, au Centre Pompidou

"Le Centre Pompidou présente l'exposition la plus complète à ce jour de l’œuvre de Mona Hatoum, proposant un aperçu de la pluridisciplinarité de ses travaux depuis les années 1970.

L'exposition regroupe plus de 100 œuvres représentatives de la diversité des supports explorés par l'artiste, à savoir la performance, la vidéo, la photographie, l'installation, la sculpture et les œuvres sur papier.

Le parcours, non chronologique, organisé par affinités formelles et sensibles, reflète la complexité à travers laquelle l'artiste parvient à bousculer les idées reçues sur le monde qui nous entoure.

Mona Hatoum s'est tout d'abord fait connaître par ses performances et ses vidéos, dans lesquelles le corps se faisait l'interprète d'une réalité divisée, assiégée par le contrôle politique et social. Dans les années 1990, elle s'éloigne progressivement de cette forme de création narrative et se tourne vers la sculpture et l'installation à grande échelle.

Les meubles et autres objets familiers, qui occupent une place prééminente dans sa production, y sont modifiés ou agrandis, témoignant d'une réalité marquée par un environnement suspicieux, insidieux et hostile. Ces œuvres d'apparence vulnérable ou déroutante nous présentent un monde troublé par ses conflits et ses contradictions. Tout ceci s'articule selon les langages du minimalisme, de l'art cinétique ou conceptuel, ainsi qu'à l'esprit du surréalisme.

Née à Beyrouth en 1952 de parents palestiniens, Mona Hatoum est en visite à Londres en 1975 lorsque la guerre civile éclate au Liban. Dans l'impossibilité de rentrer, elle reste à Londres où elle étudie l'art. De nationalité britannique, elle demeure au Royaume-Uni après la fin de ses études. Depuis 2003, elle partage son temps entre Londres et Berlin."

Petite sélection des œuvres présentées.

Jardin suspendu (3 photos)
Jardin suspendu (3 photos)
Jardin suspendu (3 photos)

Jardin suspendu (3 photos)

Cube (2 photos)
Cube (2 photos)

Cube (2 photos)

Cette exposition nous plonge dans une vie hostile, un environnement extrême, où se mêlent danger, violence, répression, mais aussi espoir, opposition et rébellion.

Grater Divide (la râpe à fromage/paravent) / Daybed (la râpe à légumes/lit) (3 photos)
Grater Divide (la râpe à fromage/paravent) / Daybed (la râpe à légumes/lit) (3 photos)
Grater Divide (la râpe à fromage/paravent) / Daybed (la râpe à légumes/lit) (3 photos)

Grater Divide (la râpe à fromage/paravent) / Daybed (la râpe à légumes/lit) (3 photos)

Map (clear)

"Une carte du monde faite de billes de verre limpides comme du cristal, de 20 mm de diamètre. Les billes ne sont pas fixées au sol, de sorte que la carte est instable et vulnérable puisque les vibrations des mouvements des visiteurs peuvent en bouger des parties, voire la détruire."

Une œuvre très poétique, sur laquelle je me suis beaucoup attardée, tant l'espace et la configuration du lieu étaient saisissants.

Map (clear) (8 photos)
Map (clear) (8 photos)
Map (clear) (8 photos)
Map (clear) (8 photos)
Map (clear) (8 photos)
Map (clear) (8 photos)
Map (clear) (8 photos)
Map (clear) (8 photos)

Map (clear) (8 photos)

Hot Spot

Hot Spot

Une autre œuvre que j'ai beaucoup aimée, Impenetrable.

"Un grand cube suspendu de 3 mètres de côté est fait entièrement de barres de fil de fer barbelé. cette structure légère, aérienne, lévite à 10 centimètres au-dessus du sol. La forme précise et minimaliste, mais son matériau pèse lourd par ses connotations sinistres. Par son titre "Impenetrable", Mona hatoum rend hommage à la série des "Penetrables" de l'artiste vénézuélien Jesus Rafael Soto, des cubes suspendus et remplis de tubes de caoutchouc colorés."

Impenetrable (7 photos)
Impenetrable (7 photos)
Impenetrable (7 photos)
Impenetrable (7 photos)
Impenetrable (7 photos)
Impenetrable (7 photos)
Impenetrable (7 photos)

Impenetrable (7 photos)

Incommunicado, une œuvre froide et flippante, qui ressemble plus à un lit d'asile ou de prison.

"Un berceau d'enfant en acier brut, froid et dur, qui semble servir davantage à enfermer qu'à protéger. Au lieu d'un fond solide où poser le matelas, de fins fils sont tendus sur le cadre comme des fils à couper le beurre. D'un objet familier, évocateur de chaleur et de sécurité domestique, Mona Hatoum fait un détournement terrifiant et dangereux."

Incommunicado (4 photos)
Incommunicado (4 photos)
Incommunicado (4 photos)
Incommunicado (4 photos)

Incommunicado (4 photos)

S'il fallait faire un lien entre deux des œuvres de Mona Hatoum, je dirais que Incommunicado est le pendant de l’œuvre Silence.

"Cette œuvre dessine un berceau fait de tubes à essai de laboratoire en verre, évoquant la fragilité du corps. Le berceau, symbole de l'innocence, prend ici des allures de squelette de lit, de réseau vasculaire vide, clinique ou fantomatique."

Silence (2 photos)
Silence (2 photos)

Silence (2 photos)

Une autre œuvre très marquante de cette exposition (et dont est tirée l'affiche), Cellules.

"L'installation se compose de huit structures en forme de cages faites de barres d'acier. Dans chaque cage, une ou deux formes amorphes en verre rouge foncé, soufflé à la main. Les structures verticales sont légèrement inclinées, ce qui leur donne un air précaire et instable; les formes en verre, aux allures d'organes ou de créatures ambiguës, semblent s'infiltrer ou se faufiler entre les barreaux pour sortir de leur prison."

Cellules (3 photos)
Cellules (3 photos)
Cellules (3 photos)

Cellules (3 photos)

Une œuvre massive, très esthétique et géométrique, cette-fois faite de câbles électriques formant des boucles et d'ampoules à lumière variable: elle s'intitule Undercurrent (red).

"Cette pièce au sol est composée d'un câble électrique rouge vif à gaine textile, tissé pour former un grand tapis carré. Une longue frange s'échappe du tapis pour serpenter au sol; chacun des es brins se termine par une ampoule de 15 watts dont l'intensité varie silencieusement, comme une lente respiration lumineuse, trahissant la présence à nos pieds d'une créature malveillante aux allures de méduse."

Undercurrent (red) (3 photos)
Undercurrent (red) (3 photos)
Undercurrent (red) (3 photos)

Undercurrent (red) (3 photos)

Et pour finir, une installation Light Sentence.

"Le titre est un jeu de mots avec l'idée d'une peine de prison (sentence) légère (light). L'installation est faite de boxes grillagés carrés, empilés pour créer un enclos à trois côtés plus haut que la taille humaine. Les boxes ont l'aspect de clapiers pour animaux mais peuvent aussi évoquer l'architecture institutionnelle, uniforme et carrée, qui quadrille les banlieues des grandes villes. Une unique ampoule est pendue au milieu de la structure; elle monte et descend lentement, créant une lumière qui projette sur les murs de grandes ombres grillagées en mouvement incessant. Ce mouvement crée une sensation de malaise, d'instabilité et de désorientation, comme si toute la pièce vacillait."

Light Sentence (3 photos + 1 photo bonus)
Light Sentence (3 photos + 1 photo bonus)
Light Sentence (3 photos + 1 photo bonus)
Light Sentence (3 photos + 1 photo bonus)

Light Sentence (3 photos + 1 photo bonus)

Partager cet article

Repost 0
Published by *Doudou* - dans Vadrouille
commenter cet article

commentaires

Pour Présenter Ma Bouille

  • : Bidouille & Tambouille - le blog de *Doudou*
  • Bidouille & Tambouille - le blog de *Doudou*
  • : Un petit blog regroupant mes diverses bidouilles, vadrouilles et tambouilles ^_^
  • Contact

On Fouille?

Anciennes Bafouilles